L’éducation socio-culturelle : une spécificité de l’enseignement agricole

Avec des cours dans toutes les formations et une intervention sur le temps hors-scolaire par le biais de l’association des élèves, l’éducation socio-culturelle est une spécificité et une force de l’enseignement agricole.

3 domaines d’intervention :

environnement social et culturel    –    communication humaine    –    éducation artistique

Nos locaux

  • Le socio

Une salle d’expo, une bibliothèque Arts et Loisirs, le bureau des enseignantes de socio, un amphi 250 places, une salle d’atelier, une salle de cours et un labo photo composent le secteur socioculturel, décoré d’une fresque réalisée par des élèves volontaires lors d’un atelier encadré par Clorinde Coronatto en 2002.

La majeure partie des activités culturelles hors temps scolaire se déroulent dans ce secteur.

  • La maison des lycéens

C’est l’espace détente par excellence. On y trouve la télé, le bar tenu par des élèves et étudiants pour participer au financement des voyages d’étude, ainsi qu’une salle baby-billard et une ludothèque. Thérèse Jarrige, l’animatrice, encadre les élèves dans leur gestion de ce lieu.

 

Les ateliers d’éducation artistique

L’éducation artistique est un moyen de faire rencontrer l’art aux élèves des lycées agricoles. Cette rencontre est avant tout humaine, par l’échange avec un artiste, avec sa démarche, son action créatrice, son discours…

C’est aussi une rencontre physique, par la pratique. Une confrontation avec la difficulté de créer, d’exprimer autrement que par les mots. C’est encore l’approche d’outils, de techniques, de savoir-faire.

C’est enfin et surtout une expérience partagée, sur une durée ramassée, avec l’acte de création, guidée par le professionnel, dans une démarche de projet…

Des projets d’éducation artistique sont menés chaque année, avec intervention d’artistes auprès des jeunes qui découvrent par ce biais la création artistique. Depuis des années, le lycée agricole de Brioude-Bonnefont a accueilli des dizaines d’artistes, photographes, sculpteurs, plasticiens…

Parmi eux Nils Udo, qui est intervenu en 2000 sur les rives de l’Allier lors d’un projet de grande envergure en partenariat avec l’école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand:

La plupart des projets bénéficient de subventions accordées par la DRAC, la DRAAF et par le Conseil Régional d’Auvergne.

Parmi les projets réalisés ces dernières années:

Cabinets de curiosité

Projet régional avec l’intervention sur l’ensemble des lycées de la région du plasticien Christophe Dalecki.

A Bonnefont, ce sont les deux classes de seconde générale qui se sont prêtées au jeu de la collecte d’objet et de la création de vrais-faux objets typiques de notre région. Une expo d’un mois à la FALEXPO à Clermont-Ferrand a finalisé ce projet.

Histoire(s) Vraies

Rencontre du cinéma documentaire avec une classe de terminale Bac pro CGEA. Un partenariat avec Traces de Vies, le festival du film documentaire clermontois, nous a permis de proposer au lycée une soirée « docus » ouverte au public extérieur. Par la suite, les élèves ont réalisé un documentaire sur un couple d’anglais installés dans la région et gérants d’un gîte. Ce film, dont l’encadrement artistique a été assuré par Emmanuel Coquelou a été projeté lors du festival Ciné en Herbe à Montluçon et lors des journées des acteurs de l’éducation à l’image à Clermont-Ferrand.

Totems d’Ici et d’Ailleurs

Une classe de Terminale Bac Pro CGEA s’est initiée à la sculpture sur bois lors de cet atelier encadré par Lucie Delmas après une découverte par les élèves des arts des civilisations. Leurs totems sont visibles près de la Maison des Lycéens.

Musiques actuelles

Un projet régional, avec la participation du lycée, avec encadrement par Sébastien Polloni, à la création d’un CD de compositions issues des différents établissements.

Ecritures de lumières

Le LEGTA Bonnefont a bénéficié du dispositif national du ministère de la Culture intitulé « Ecritures de Lumières ». Dans ce cadre nous avons accueilli avec beaucoup de plaisir Alix Delmas, plasticienne et photographe. Des rencontres entre cette artiste contemporaine et nos classes de troisième, de 2nde professionnelle CGEA et de 1ère CGEA est né un film, disponible en DVD, dont on peut voir des extraits sur le site de l’artiste.

 

Tribu des mont(r)eurs de pierre

Dans le cadre du projet régional « Tribus », nous avons proposé une rencontre des Term Bac Pro CGEA avec la pierre, selon deux axes : la construction traditionnelle en pierre sèche encadrée par Christian Omeilher, murailler, et la photographie avec Jean Cerezal-Callizo. Vous trouverez une animation du travail là.

Tribu des masqués

Un groupe d’élèves volontaires a imaginé et créé des masques en céramique Raku avec Isabelle Dupuy à Massiac.

Carrés de voyage

Les 1ère Bac Pro CGEA se sont interrogés sur l’immigration, des raisons du départ du pays aux conditions d’accueil. De ces réflexions est issu un ensemble de panneaux mêlant peinture, collage et mosaïque, sous la direction de Laurence Huard, mosaïste.

 

 

 

Saison de l’art

Les élèves de Term Bac Pro CGEA ont travaillé avec l’artiste Karine Proriol à l’élaboration de sculptures éphémères dans une approche Land Art sur le site de Lavaudieu. Guilhem Vicard, photographe, les a aidés à fixer l’instant. Les élèves, accompagnés par les deux artistes ont réalisé une expo visible en ce moment au lycée.

Voyage en art

L’atelier de pratique « cinéma d’animation » a réalisé un court-métrage utilisant différentes techniques lors d’une intervention de Anne Bernardi. Ce film  sera présenté dans des festivals de films lycéens.

Les sorties

Des sorties « loisir » sont organisées 1 à 2 fois par mois le mercredi. Les destinations principales sont le bowling, le cinéma, le lasergame… Selon les opportunités et/ou les demandes, des sorties en soirée peuvent aussi être organisées (concerts, théâtre).

Nous menons également un programme de sensibilisation au cinéma pour toutes les classes de première du lycée en participant à la programmation « lycéens au cinéma » (trois films par an) ainsi qu’aux séances scolaires du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand.

Les clubs

Le club musique, animé par Sébastien Polloni (Seb Seul), écrit plusieurs titres chaque année. Ce club propose aux jeunes de pratiquer leur instrument dans un groupe, et de composer ensemble, dans une salle insonorisée du lycée. Un enregistrement dans un studio professionnel en fin d’année permet aux membres du club d’approcher un autre aspect de la pratique musicale.

Le club poterie, animé par Sylvie Durot propose de s’initier à différentes techniques. Un four au lycée nous permet de cuire nous-mêmes nos pièces, usuelles ou artistiques. Des sorties nous amènent à rencontrer d’autres techniques et manières, comme en 2011 chez Angelika Lebe. Le club se rend également depuis trois ans chez Isabelle Dupuy à Massiac pour une cuisson « raku » très particulière. Notre dernier investissement ? Un tour, pour proposer encore d’autres aspects de cette pratique.

Le club théâtre, animé par Monique Cobo propose différentes approches de l’expression théâtrale (saynètes, sketchs, impro…), et des travaux thématiques suivant les opportunités et thèmes proposés dans les projets du lycée (sensibilisation, Coopération internationale…).

Le club images, encadré par Sophie Codognet, explore l’image fixe ou en mouvement suivant les desiderata des élèves du club. De l’infographie au cinéma d’animation en passant par les conseils de cadrage ou l’écriture de scénario, le club, né en 2010, propose une production chaque année. La grande première, qui a bénéficié des lumières de Anne Bernardi et d’un co-financement DRAC/DRAAF se nomme « Pack’Art Man » et est en ligne.

 

 

 

Enfin, le club Mali, qui est notre gros projet pour l’instant, qui fonctionne selon deux axes principaux :

  • Un échange avec le Mali, et plus particulièrement avec une école de Bamako, soutenu par un partenariat avec l’association « La Grange à Palabres » de Langeac. Cet échange prend la forme d’un échange de courriers, pour apprendre à nous connaître, d’une aide à la scolarisation et à l’enfance, par la collecte de matériel (livres, jeux), et d’un échange de pratiques artisanales. En effet, au Mali, les pratiques artisanales sont en baisse d’activité, suite aux changements importants de mode de vie que connaît le pays. Notre objectif est d’aider l’école de Bamako à proposer des ateliers de poterie et de tissage (le bogolan) pour transmettre ces savoirs-faire. En parallèle, nous proposons à Bonnefont ces mêmes ateliers, avec des techniques occidentales (poterie au tour, et métiers de tisserand), la vente de ces produits nous aidera à financer le projet de développement.
  • L’éducation au développement, en faisant connaître l’Afrique en général et le Mali en particulier aux élèves du lycée dans un premier temps, avant d’élargir à l’ensemble du territoire, à travers des animations africaines (concerts, danse, expos, découvertes culinaires…)

Scroll Up